USMAR

«Cavalier Sombre»

Par aSk

USMAR – alias Quentin Vanhersel, musicien notoire de nos contrées – fait son retour solo. Près de dix ans se sont écoulés depuis l’opus précédent Rien N’est Parfait. Son single «Pirate» résonne encore, véritable tube recyclé avec malice (cf. ses tribulations du côté du spectacle jeune public avec son compère Tony Melvil).

C’est qu’en compositeur boulimique, il n’a cessé de multiplier les collaborations depuis, que ce soit pour la scène ou le studio. Avec ce nouvel album intitulé Cavalier Sombre, USMAR confirme son talent de producteur au-delà des genres (pop, chanson, hip-hop, électro) et nous livre les affres de son Doppelgänger. Entre examen de conscience et contexte anxiogène, sombrer oui, mais pour mieux refaire surface. Avec toujours cette patte de stylo qui claque et cette voix qui sert le propos avec humilité, USMAR décrit son éternelle partie d’échecs avec lui-même. Exit les projections pessimistes et les fantômes bilieux, continuer d’avancer son pion, sans tactique aucune. Le récit solennel et forcément personnel d’une épopée actuelle, en somme. La pop chaloupée d’USMAR finit par s’insinuer malgré les fragrances fatalistes qui persistent (le single « Y A Le Feu » et sa double lecture). Subsiste un élan vital : quitte à se sentir Zorro zéro plutôt que héros dans la place, mieux vaut en effet enfourcher son fidèle destrier et filer au galop…