You are currently viewing RUN THE JEWELS

RUN THE JEWELS

RTJ4

Par JiTy

L’année 2020 vit ses derniers jours, RIP 2020 ! Inédite par l’impact de ce virus sur nos vies, plus toutes celles qu’il a emportées, Hécatombe ! Tous ces cas tombent dans notre mémoire collective, ils nourrissent notre volonté de voir grossir davantage le flux intarissable du vivant, continuer d’aller de l’avant et franchir, en 2021, le cap de l’espérance.

Pas sûr de créer la surprise en vous annonçant que l’un de mes albums préférés de cette année 2020 a déboulé courant septembre en grosse berline, laissant derrière lui un épais nuage de fumée rose. RUN THE JEWELS signe là son quatrième album sobrement intitulé RTJ4 ! Depuis 2013, le duo composé d’El-P et de Killer Mike a su imposer un style bien rentre dedans servi par des rythmes électriques forgés à grand renfort d’électronique.

El-P, derrière ou à côté de ses machines, programme et produit tous les titres, les compositions s’enchaînent et il n’est pas rare d’entendre les notes d’un nouveau morceau résonner tandis que les rythmes du précédent finissent de faire le tour de votre cerveau. Chacune des productions est taillée pour nos deux lyricistes et leurs invités, l’envie de suivre l’ensemble des onze pistes, d’aller au devant de chaque nouveau morceau, est saisissante. La tension est palpable sur «Walking in the Snow» et «A Few Words for the Firing Squad» grâce notamment au saxo dont les notes lointaines finissent par se renverser dans un freestyle flamboyant.

Killer Mike casse la baraque, il impose son flow grâce à sa voix puissante et son rap tout terrain fait pour tailler en pièces vos deux clavicules. Tantôt énervé, il se plaît à prendre le dessus sur le beat et à nous inviter à suivre en mouvement les rythmes qui se détachent de ses paroles, c’est jouissif ! Quelques featurings ponctuent l’album où El-P et Killer Mike se partagent le micro, leur complicité paraît totale et leur niveau – surtout celui d’El-P – se nivelle vers le haut.

Les basses sont toujours aussi puissantes, les musiques fourmillent de détails électriques et synthétiques, les pistes sont tapissées de textes et les refrains s’effacent, excepté sur «Never Look Back» et «Ooh La La» où ils vous enlacent le tête. Les productions contiennent ce qu’il faut d’étincelles de sons synthétiques pour se réchauffer de la froideur de la nuit, danser et retrouver le goût de l’autre, cultiver l’énergie qui s’en dégage pour en faire une force, à l’image de ce duo qui soulève tant de barrières et nous embarque pour une virée en Buick, modèle Grand National : prenez place sans craintes de vous faire secouer et d’adhérer au mouvement Black Lives Matter !

Date de sortie : 3 juin 2020